reventa de stocks de ropa

La revente comme meilleure politique de mode circulaire

Les marques de mode et les politiques durables axées sur le recyclage et la location de vêtements sont des pratiques durables, mais de nouvelles recherches suggèrent le contraire. Si l’on compare les émissions de gaz à effet de serre liées aux différents modes d’élimination des vêtements, c’est la location qui a l’impact climatique le plus élevé selon une étude récente publiée dans la revue Environmental Research Letters. En revanche, le recyclage ne devrait pas être notre première option car les processus impliqués dans le recyclage industriel génèrent également beaucoup d’émissions nocives dans l’environnement et comme nous développons toujours les technologies de récupération des tissus, les résultats sont de piètre qualité.

Modèles économiques circulaires pour la mode

Un système circulaire s’oppose à notre système linéaire traditionnel qui consiste à fabriquer, utiliser et jeter. Celui-ci fait en sorte qu’il encourage à garder les ressources en bon usage, en minimisant les processus de transformation et en respectant la valeur d’origine. C’est pourquoi la meilleure solution pour les invendus est de s’assurer qu’ils arrivent à leur première utilisation. Ce n’est qu’à la fin de sa vie utile qu’un vêtement doit être recyclé pour en fabriquer de nouveaux et réduire la nécessité d’une nouvelle extraction de ressources naturelles.

La meilleure solution circulaire pour les vêtements invendus (neufs) est, bien sûr, de les atteindre à leur première utilisation, car elle permet de conserver la valeur originale des vêtements et ne nécessite aucun processus de transformation. L’option suivante, la plus intéressante, est le recyclage. Il transforme l’article tout en lui ajoutant de la valeur. La location génère une grande quantité d’émissions nocives en raison de tous les transports nécessaires pour envoyer les vêtements des consommateurs aux entrepôts. Ce n’est que lorsque les vêtements ont atteint la fin de leur durée de vie utile qu’il faut envisager de les recycler, car leur transformation en de nouveaux textiles exige une forte mobilisation de ressources.

Ne pas réparer ce qui n’est pas cassé : surstock

C’est la raison pour laquelle chez Tekstila nous encourageons une gestion responsable des stocks, en intégrant très tôt la revente dans le secteur de la mode éphémère. En fait, il s’agit d’une étape de pré-consommation; lorsque les vêtements n’ont pas encore été utilisés auparavant. Cela donne une première chance aux nouveaux produits en respectant les ressources disponibles et l’énergie allouées à leur production, tout en veillant à ce qu’ils soient portés avant d’entrer dans les prochaines étapes du processus de circularité.

Compartir
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp