fast fashion

Fast fashion: Quatre saisons en une journée

fast fashion

Traditionnellement, les marques de mode avaient l’habitude de présenter deux collections par an : automne-hiver et printemps-été. Avec l’entrée sur le marché du prêt-à-porter et l’essor de la « fast fashion » en découlant, les marques de luxe ont commencé à augmenter leur nombre de collections et de pré-collections, proposant ainsi cinq collections ou plus par an. Le géant de la mode H&M sort ainsi 12 à 16 collections par an et Zara propose même une nouvelle collection toutes les deux semaines environ.


Des ressources limitées

Nous avons de loin dépassé les limites en termes d’utilisation intensive des sols, de génération de déchets, de consommation d’eau, d’émissions de CO2, de biodiversité, etc. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a déclaré en 2018 que nous n’avions que dix ans pour tenter d’éviter une catastrophe, et cela a beaucoup à voir avec la grande quantité de vêtements que nous produisons.

L’industrie de la mode ne sait que trop bien que la durabilité, la santé et la conscience environnementale sont des intérêts croissants dans notre société actuelle. Ce phénomène a même été exacerbé par l’apparition de la pandémie de la Covid-19, qui a accru les préoccupations des consommateurs en matière de durabilité et d’engagement social.

La « fast fashion » : du nouveau, encore et toujours


Plusieurs études montrent que le changement des collections de mode tous les quelques jours ou semaines augmente l’envie d’acheter de nouveaux vêtements, car cela contribue au sentiment d’opportunité, ou de « fear of missing out » (FOMO), soit la « peur de rater quelque chose ». Dans un chapitre intitulé « Le secret du succès de Zara », tiré du livre Fast Fashion: Business Model Overview and Research Opportunities (Ed. Springer, 2015), les auteurs expliquent que le concept d’« assortiment dynamique » a été fondamental. Inditex, par exemple, est passé de 697 millions de vêtements vendus en 2008 à plus de 1 597 millions en 2018, augmentant ainsi son chiffre d’affaires de 129 %. Donc, en un mot, la surproduction est rentable.


Selon Fast Feed Grinded, 100 000 millions de vêtements et quelque 23 500 millions de chaussures sont produits dans le monde chaque année. La Fondation Ellen McArthur affirme que si l’industrie de la mode continue sur cette voie, elle sera responsable d’un quart de toutes les émissions de CO2 liées aux activités humaines d’ici 2050. La Commission économique pour l’Europe des Nations unies (CEE-ONU) estime que 40 % de la production annuelle mondiale n’est même pas portée une seule fois.


Les stocks : c’est la clé


Nous devons accepter que la surproduction affecte fortement l’environnement. Cela est particulièrement important en termes d’élimination des déchets et de pollution dans les pays émergents, où les produits et les vêtements invendus finissent dans des décharges.

Tekstila achète d’énormes quantités de vêtements neufs directement auprès des entreprises de mode et les vend à des distributeurs internationaux pré-déterminés. Nous protégeons les marques et respectons les clauses de vente convenues avec les entreprises (géographie, canaux de vente, profils des distributeurs, etc.).


Notre objectif principal est de permettre à des millions de vêtements neufs d’être portés, tout en honorant et en respectant les ressources naturelles utilisées pour leur production. Nous faisons cela grâce à un modèle d’entreprise à la fois circulaire et rentable pour tous : les marques de « fast fashion », les distributeurs internationaux et les consommateurs. Nous veillons à ne pas gaspiller la nature.

Compartir
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur whatsapp

Fashion brands you don't want to miss

Be first to discover new arrivals of unsold and shop return fashion collections from brands. Only professional channel

Abrir chat
¿Necesitas ayuda?