invendus pour particuliers

Tirer profit des vêtements de seconde main

Si autrefois porter des vêtements d’occasion n’était pas un effet de mode en plein essor, cette pratique a aujourd’hui la cote auprès de la génération Z. L’industrie de la mode a bien compris son importance, en se concentrant davantage sur les ventes de vêtements d’occasion, elle en a tiré des bénéfices avantageux, écrit Cecilia Alvarez-Hevia Arias dans la version espagnole de Vogue.

H&M a vu ses bénéfices augmenter considérablement au dernier trimestre grâce à sa plateforme de vente de vêtements d’occasion, Sellpy, tandis que le groupe Inditex a annoncé qu’il allait étendre son activité de vente de vêtements d’occasion, de réparation et de don à la France et à l’Allemagne, après un essai réussi au Royaume-Uni. Si ces efforts s’inscrivent dans le cadre d’une stratégie de développement durable plus large, ils ont également constitué un moyen évident d’accroître les ventes.

Les vêtements de seconde main ont moins de 40 ans. Bien qu’ils n’aient pas la valeur d’exclusivité d’une pièce vintage (plus de 40 ans) ou ancienne (plus de 80 ans), ces vêtements qui pourraient normalement être jetés à la poubelle en raison de l’évolution des cycles de la mode, sont donc beaucoup moins chers que leur prix d’origine. Toutefois, avec l’augmentation de l’inflation et les hausses de prix qui en découlent pour les vêtements de mode, les articles d’occasion en bon état n’ont jamais été aussi demandés par les jeunes qui sont à court d’argent.

Certaines plateformes et applications qui facilitent la vente de vêtements de seconde main ont créé un marché secondaire fondé sur trois facteurs clés : la durabilité, l’économie et la passion de la mode. Il existe même des applications qui aident à trouver des vêtements épuisés pour que les gens puissent vendre leur propre surplus. Les utilisateurs ont la possibilité de gagner de l’argent en vendant un objet qui se trouve au fond de leur placard à des acheteurs intéressés, créant ainsi une économie circulaire facile. Micolet, Etsy et Wallapop figurent parmi les applications les plus utilisées en Europe, tandis que Vinted reste la plus grande application d’achat et de vente de vêtements d’occasion en Europe, valorisée à 3,5 milliards d’euros. La friperie Humana profite également de la tendance, enregistrant une augmentation de 22 % du nombre de clients dans ses 48 magasins en Espagne.

Alors que les influenceurs ont sans cesse besoin de nouvelles tenues pour créer régulièrement du contenu sur Instagram, certains lançant même leur propre mode, il semble que mélanger des vêtements des saisons précédentes n’a jamais été aussi tendance. Tout comme le carton, les vêtements commencent à avoir une deuxième, une troisième et une quatrième vie, créant ainsi une activité qui profite à la fois aux grandes entreprises et aux consommateurs.

Compartir
Rechercher

Fashion brands you don't want to miss

Be first to discover new arrivals of unsold and shop return fashion collections from brands. Only professional channel

Tu as besoin d'aide?